Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de pcfmanteslajolie

« Les déclarations de Pierre Laurent dans Libération n’engagent pas notre parti »

11 Septembre 2012, 16:19pm

Publié par pcfmanteslajolie

C'est la déclaration qu'ont rendue publique, le 1° septembre dernier, plusieurs dirigeants de fédérations et de sections du PCf parmi lesquelles ceux des fédérations de Haute-Saône et du Tarn, des sections de Mantes la Jolie, Paris 15°, Saint-Martin d'Hères, Saint-Quentin .....

En réponse à Pierre Laurent qui, dans Libération (l'article n'a pas été repris dans l'Humanité - trop gros? - ni cette réaction qui, pourtant lui a été communiquée), se prononce sans le dire ouvertement pour un "congrès de Tours à l'envers".

Vous trouverez, ci-dessous, la réaction annoncée ainsi que l'article de Libération en question (cliquez deux fois sur les images pour les agrandir


Nous, militants, responsables d’instances internes du Parti communiste français avons pris connaissance avec consternation des déclarations du secrétaire national Pierre Laurent dans le journal Libération du 15 août 2012.


Les propos tenus évoquant sans détour un parti communiste sans idéal, sans programme de rupture, sans appropriation collective des moyens de production, bref sans communisme ne nous ont hélas pas surpris. En effet, nous qui travaillons depuis des années à remettre notre parti sur les « rails de la lutte des classes » n’ignorons rien des renoncements successifs de notre direction nationale.


En juin, après les élections, nous avions déjà alerté nos camarades et publié une déclaration sur la nécessité de rompre avec les « stratégies d’effacement du PCF ».


Ce nouvel épisode dégrade encore un peu plus la situation, qui depuis le congrès de Martigues en 2000 n’a fait qu’empirer. Cette dernière déclaration pourrait être le dernier clou sur le cercueil si nous n’étions pas convaincus de l’importance et de l’utilité de notre parti pour les travailleurs. Emanant du secrétaire national du PCF (à moins que ce ne soit du président du Parti de la Gauche européenne), ces propos ne peuvent que choquer les communistes.

D’ailleurs, comment interpréter que cette déclaration soit faite dans un journal profondément anti-communiste ?


Dans la continuité de la lettre d’Emmanuel Dang Tran à Pierre Laurent du 24 août (sur le site « vivlepcf.fr »), nous avons décidé d’alerter à notre tous les militants et sympathisants de notre parti et d’inviter à une réaction collective des camarades. Nous faisons nôtres ces extraits de sa lettre :


« Mois après mois, les communistes ont la confirmation de la constitution d’une organisation parallèle qui supplante le PCF. Elle sert de moyen pour forcer sa transformation en un parti de gauche comme les autres, dans le cadre d’une recomposition politique. Toutes les décisions structurantes, Mélenchon à Hénin-Beaumont, la campagne sur le TSCG, sont prises à un niveau « au-dessus » que même le Conseil national du PCF ne connaît pas.


A quelques mois de notre congrès, les positions exprimées par Pierre Laurent indiquent, sans langue de bois, une orientation, une volonté politique qui sont effectivement de nature à choquer les communistes, surtout venant de la part du secrétaire national du PCF.

La perspective du maintien de la propriété privée des moyens de production ne le dérange pas. Il ne dément pas l’affirmation que « les communistes n’ont plus l’idéal comme horizon ».


La négation de l’identité du PCF, c’est le contraire d’une perspective d’union et de rassemblement révolutionnaire. Le Front de gauche peut choisir les références qu’il veut, de Jules Moch à Mitterrand, inspirateur de Mélenchon mais qu’il le fasse de son côté. Il n’est pas acceptable que le secrétaire national du PCF entraîne notre Parti. Notre pays n’a pas besoin d’une deuxième social-démocratie, d’un plan B à gauche du PS.


Ce que nous pouvons constater une nouvelle fois, c’est la tentative de coup de force pour dénaturer le PCF, capter ce qu’il représente théoriquement et historiquement, pour mieux l’effacer. Depuis 20 ans, malgré les dégâts de cette ligne pour notre parti et le pays, les dirigeants successifs reprennent inlassablement ce projet destructeur, aussi grave que les transformations, changements de nom ou recompositions d’autres partis communistes notamment sous l’impulsion du Parti de la gauche européenne présidé par Pierre Laurent.


Depuis la « Mutation » de Robert Hue, en passant par le congrès de Martigues en 2000, par les collectifs antilibéraux, par la remise en cause par Marie-George Buffet au CN de juin 2007 de la raison d’être même du Parti, maintenant par le Front de gauche, décidé en marge du 34ème congrès, sans les communistes, la stratégie des coups de force continue. Les communistes sont écartés. Tout se décide sans ou malgré eux. La mascarade de consultation en 24 heures après les législatives en est la dernière illustration.


L’effacement des positions historiques de notre parti, de son organisation spécifique, pèse très lourd dans cette rentrée pour tous les travailleurs.

La lutte nationale à préparer pour l’industrie, en partant notamment de la mobilisation à PSA, a besoin d’un parti qui remet en cause la propriété privée des moyens de production. Ce n’est en reprenant la promesse de Hollande de contrôler les « licenciements boursiers » (comme s’il y avait des licenciements non liés au profit capitaliste) que nous y contribuerons.


Pierre Laurent parle, à juste titre, du financement de la sécurité sociale. Mais l’abandon ces dernières années de la revendication du retour aux 37,5 annuités, le projet de « modulation des cotisations sociales » du Front de gauche ne nous permettent pas de reprendre l’offensive pour la retraite à 60 ans.


Comment a-t-on pu laisser l’illusion, pendant la campagne électorale, que le TSCG était « renégociable » ? Plus que jamais alors que une politique de super-austérité se prépare au nom de l’euro et avec l’euro, la remise en cause de la monnaie unique, machine à broyer les acquis sociaux et démocratiques des peuples, s’impose, sur la base des analyses que notre parti avait mises en avant contre Maastricht. Ce n’est pas d’un nouveau et inutile référendum dont nous avons besoin, c’est de sortir de l’Euro et retrouver une souveraineté populaire.


Voilà ce dont il est impératif, en lien avec l’action, que les communistes discutent, à tous les niveaux, avec les travailleurs à qui nous nous adressons. Pour nous, ces luttes sont indissociables d’une perspective révolutionnaire, de rupture révolutionnaire, portée par un parti communiste.


Certains ont abandonné la perspective du socialisme, dilué le marxisme, abandonné l’organisation léniniste et provoqué de ce fait la perte d’influence de notre parti dans l’opinion.


Pour nous, le capitalisme est le toujours de le système d’exploitation du monde, en tirant des milliards de profits en France. Pour nous, le Parti communiste est toujours le meilleur outil politique révolutionnaire dans la lutte des classes.


Mois après mois, nous nous battons pour renouer avec une organisation de classe révolutionnaire et pour que le vrai débat puisse exister dans notre parti.


Transformer le PCF en autre chose qu’un parti communiste : ce n’est pas le choix que nous faisons comme des milliers de camarades et bien d’autres encore. Nous ne nous laisserons pas voler notre parti.

Moins que jamais, nous n’accepterons, dans les mois qui viennent, que la souveraineté des communistes soient bafouée.


Il est temps pour nous de donner une impulsion nouvelle à notre mobilisation pour rassembler les communistes sur un projet de lutte des classes.


Nous prendrons plusieurs initiatives en ce sens dans les prochaines semaines. Nous donnons rendez vous sur notre site « vivelepcf.fr » et dans les « cahiers communistes » et nous espérons que l’Humanité relayera auprès des militants ces initiatives.


Plus que jamais, nous alimenterons le débat, dans les cellules, les sections, au Conseil national, et nous ferons tout pour remettre, notre parti, le PCF, sur les rails de la lutte des classes.

Laurent1

Laurent2

Commenter cet article

aline 18/09/2012 19:21

Puique d'après ses propos dans "Libération" Pierre Laurent ne se reconnait pus dans le PCF dont il est le secrétaire la preuve il n'utilise pas sa presse et ne s'adresse même pas aux adhérents de
ce même parti, je ne peux que le remercier et le prie de ne plus jouer à l'apprenti sorcier avec le Parti Communiste Français en allant voir ailleurs, d'autres y croient encore, militent et luttent
toujours, les objectifs vous les commaissez. SALUTATIONS A. CAUVIN