Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de pcfmanteslajolie

Lettre ouverte aux États-Unis. Cessez de vous immiscer dans la politique intérieure du Venezuela

11 Février 2019, 11:30am

Publié par pcfmanteslajolie

Si Trump et ses alliés poursuivent leur fuite en avant au Venezuela, le résultat le plus probable sera l’effusion de sang, le chaos et l’instabilité. Par Noam Chomsky, Laura Carlsen, Miguel Tinker Salas, Greg Grandin (1)

Le gouvernement des États-Unis doit cesser de ­s’immiscer dans la politique intérieure du Venezuela, notamment dans le but de renverser le gouvernement du pays. Il est presque certain que les actions du gouvernement de Donald Trump et de ses alliés dans l’hémisphère Sud ne feront qu’aggraver la situation au Venezuela, entraînant souffrances humaines inutiles, violence et instabilité.

La polarisation politique du Venezuela n’est pas nouvelle ; le pays est divisé depuis longtemps par des lignes de fracture raciales et socio-économiques. Mais cette polarisation s’est accentuée ces dernières années. Cela est en partie dû au soutien donné par les États-Unis à une stratégie d’opposition visant à renverser le gouvernement de Nicolas Maduro par des moyens extra-électoraux. Alors que l’opposition était divisée sur cette stratégie, le soutien des États-Unis est allé aux tenants de la ligne dure des secteurs de l’opposition dans leur objectif de renverser le gouvernement Maduro par le biais de manifestations souvent violentes, d’un coup d’État militaire ou de toute autre voie permettant d’éviter les urnes.

Sous le gouvernement Trump, la rhétorique agressive contre le gouvernement vénézuélien a atteint un niveau encore plus extrême et menaçant, les responsables du gouvernement Trump évoquant l’idée d’une « action militaire » et condamnant le Venezuela, avec Cuba et le Nicaragua, comme partie prenante d’une « troïka de la tyrannie ». Les problèmes résultant de la politique du gouvernement vénézuélien ont été aggravés par les sanctions économiques états-uniennes, illégales en regard de l’Organisation des États américains (OEA) et des Nations unies, mais aussi du droit états-unien, ainsi que d’autres traités internationaux et conventions.

Ces sanctions ont sapé à leur base les moyens par lesquels le gouvernement vénézuélien aurait pu échapper à la récession économique, provoquant une chute dramatique de la production de pétrole, aggravant la crise économique et causant la mort de nombreuses personnes faute d’accès aux médicaments permettant de sauver la vie. Pendant ce temps, les États-Unis et d’autres gouvernements continuent de blâmer le gouvernement vénézuélien – uniquement – pour les dégâts économiques, même ceux causés par les sanctions des États-Unis.

Aujourd’hui, les États-Unis et leurs alliés, dont le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, et le président d’extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, ont poussé le Venezuela au bord du précipice. En reconnaissant le président de l’Assemblée nationale Juan Guaido comme le nouveau président du Venezuela – chose illégale en vertu de la charte de l’OEA –, le gouvernement Trump a considérablement accéléré la crise politique au Venezuela dans l’espoir de diviser l’armée vénézuélienne et de polariser davantage la population, l’obligeant à choisir son camp. L’objectif évident, parfois revendiqué, est de pousser Maduro vers la sortie au moyen d’un coup d’État.

La réalité est que, malgré l’hyperinflation, les pénuries et une profonde crise économique, le Venezuela reste un pays politiquement polarisé. Les États-Unis et leurs alliés doivent cesser d’encourager la violence en préconisant un changement de régime violent et extralégal. Si le gouvernement Trump et ses alliés continuent leur téméraire fuite en avant au Venezuela, le résultat le plus probable sera l’effusion de sang, le chaos et l’instabilité. Les États-Unis auraient dû tirer des enseignements de leurs tentatives de changement de régime en Irak, en Syrie et en Libye, ainsi que de leur longue et violente histoire de parrainage de changement de régime en Amérique latine.

Aucune des parties en présence au Venezuela ne peut vaincre l’autre. L’armée, par exemple, compte au moins 235 000 membres actifs et au moins 1,6 million en réserve. Nombre de ces personnes se battront, non seulement pour défendre une souveraineté nationale largement défendue en Amérique latine – face à ce qui semble de plus en plus être une intervention menée par les États-Unis –, mais aussi pour se protéger d’une répression probable si l’opposition renverse le gouvernement par la force.

Dans une telle situation, la seule solution est un règlement négocié, comme ce fut le cas par le passé dans les pays d’Amérique latine, lorsque leurs sociétés politiquement polarisées étaient incapables de résoudre leurs différends par des élections. Il y a eu des efforts faits en ce sens avec un fort potentiel, tels que ceux engagés par le Vatican à l’automne 2016, mais ils n’ont reçu aucun soutien de la part de Washington et de ses alliés attachés à l’option d’un changement de régime. Cette stratégie doit changer si l’on veut trouver une solution viable à la crise actuelle au Venezuela.

Pour le bien du peuple vénézuélien et de la région ainsi que pour le principe de la souveraineté nationale, ces acteurs internationaux devraient plutôt soutenir les négociations entre le gouvernement vénézuélien et ses opposants, négociations qui permettront au pays de sortir enfin de sa crise politique et économique. 

(1) Lettre ouverte signée par 70 spécialistes de l’Amérique latine en science politique et en histoire, ainsi que par des cinéastes, des personnalités appartenant à la société civile et d’autres experts. Publiée le jeudi 24 janvier 2019 par Common Dreams pour s’opposer à l’intervention en cours des États-Unis au Venezuela.

Commenter cet article